Fécondité, Grossesse, Accouchement :
Toute l’info maternité et calendrier grossesse pour femme enceinte

B
é
b
é

B
i
o
L
e

M
a
g
F
o
r
u
m
Accueil  >  CONCEPTION  >  Avant la grossesse  >  Syndrome des ovaires polykystiques : SOPK

Syndrome des ovaires polykystiques : SOPK

Le parcours du combattant de Choupinette

Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK)

Choupinette : Le parcours du combattant

Pour ma part les OPK ont été détectés 6 mois après le début des essais, en effet suite à l'arrêt de la pilule j'ai fait une fausse couche précoce et après j'ai eu des cycles très irréguliers, rien de plus au départ.

Au début, les OPK étaient le seul gros obstacle oui, et puis peu à peu à mesure que le temps a passé et qu'il n'y a pas eu d'autre grossesse avérée sur le long terme (j'ai refait 2 fausses-couches précoces après), j'ai eu du clomid® au bout d'un an qui m'a rendu des cycles super réguliers et une ovulation.
Mais toujours pas de grossesse donc on est passés aux inséminations puis au FIV.
Lors de la première FIV (avec FC), j'ai eu beaucoup d'ovocytes mais très peu d'embryons) (14 ovocytes et 4 embryons).
La deuxième, j'ai eu 30 ovocytes avec plus de la moitié d'immatures, là ils ont commencés à parler d'une possible immaturité ovocytaire due au trop grand nombre de follicules dès le départ du coup, ils ne pouvaient pas grossir normalement... et mettaient bien plus de temps à mûrir même sous traitement...
Pour la troisième FIV, on a changé de protocole pour faire "moins" travailler les ovaires, pourtant j'ai du être hospitalisée car mes ovaires ont plus que triplés de volume, j'avais de l'eau dans le vente et autre... pas de bébé.

En aout le gynéco qui me suit en PMA, m'a envoyé autre part, on parle maintenant de drilling et si cela ne permet pas de grossesse, il parle de maturation in vitro car finalement combinée aux OPK s'ajoute un problème de maturité et qualité ovocytaire.

Le drilling est prévu normalement la première quinzaine de janvier, je pourrais vous en dire plus après.
En fait, le drilling n'est pas proposé en première intention, car avec les FIV, ça peut très bien marcher. Au début des FIV. au départ comme seul les OPK posaient problème on est passé en FIV, qui selon tous les médecins étaient la solution. Et effectivement je répondais super bien au traitement, et même trop bien, follicules en grand nombre, bonne surveillance donc tout roulait, il fallait juste surveiller la fin de traitement avec les risques d'hyperstimulation accrus que j'avais, mais voilà, première FIV 14 ovocytes ... 5 embryons et le lendemain : 2 embryons (1 non viable et 2 qui ne se développeront pas),les 2 ont été transférés, me retrouve enceinte de jujus, pendant un temps très court car FC précoce, ou ils se rendront compte 2 mois plus tard que j'ai ce qui ressemble fort à un embryon mort dans le bide, la biopsie révèlera que c'en était un.

On repart donc 6 mois après ce premier échec pour une deuxième FIV, là ils voulaient se cibler sur les follicules, en avoir moins mais de meilleure qualité, donc changement de médicament.
Effectivement là, pas de signes d'hyperstimulation malgré un nombre très important de follicule dans chaque ovaire, et au final 30 ovocytes mais 15 immatures, on tombe de haut.
Le lendemain on nous annonce qu'il reste 1 embryon, mais de très bonne qualité ... qui ne donnera malheureusement rien.
Toujours grande incompréhension, pourquoi autant d’immaturité ovocytaire, si peu d'embryons, on commence à entendre parler de mauvaise qualité ovocytaire mais sans plus ...

On change de PMA, on réessaie le même protocole, mais je ne réagit plus au traitement, j'ai seulement 5 ovocytes et 4 fécondables... c'est un problème de sperme pas d'embryon.

En décembre face à la qualité ovocytaire qui commence à poser question, et au fait que je n'ai pas réagit au traitement la dernière fois, on change de protocole, on bloque moins les ovaires, on stimule, mais mon corps réagit pas aussi vite que les autres fois, j'ai une trentaine de follicules par ovaires, des petits des gros.... je suis en risque d'hyperstimulation ++++, mais on tente la ponction quand même!
Résultat 18 ovocytes... 4 fécondables seulement, le coup de massue !!
Là dessus, je fais une grosse hyperstimulation, hospitalisation d'urgence, les douleurs sont horribles, j'ai du liquide dans le ventre, les ovaires qui font plus de 15 cm et sont passés par dessus l'utérus, des nausées à gogo, des problèmes respiratoires ...
Le lendemain il me reste 2 petits survivants, qui vont être congelés sur le champs car trop dangereux de me les transférer.

Il n'est alors plus question pour les médecins de stimuler autant mes ovaires, car trop dangereux, et leur réponse ils l'ont: j'ai un problème de qualité et maturité ovocytaire : il y a tellement de follicules les uns sur les autres qu'ils n'arrivent pas à grossir correctement.

Il n'y a alors qu'une solution : le drilling afin de laisser partir tous les follicules en trop, et histoire que comme tous le monde (ou presque) il n'y ait qu'un ou 2 follicules par cycle, et ainsi obtenir des embryons de qualité pour espérer enfin une grossesse menée jusqu'au terme!!!!
Si l'opération ne fonctionne pas (mais elle va marcher et je vais être enceinte sans fiv, l'espoir fait vivre) on passera à la maturation in vitro (ce qui consiste faire murir les follicules en dehors du corps et ensuite faire la fécondation), ou en FIV normale selon le gynéco.

On avance à tatons, mais comme dirais gygy de la + grande PMA de France, j'ai été suivie par les meilleurs, donc les choses ont été faites correctement, ce qui est apparemment loin d'être le cas de tout le monde!!!


La douleur et les OPK, la douleur des traitements …

Dans mon cas, de légères douleurs tout au long du cycle, mais rien de bien douleureux.
La stimulation au clomid® ne m'avait pas déclenché d'autres douleurs, juste l'ovulation qui se sentait bien.

Par contre avec les injections c'est une autre histoire.
La douleur apparaît fortement quand le ou les follicules sont gros, juste avant le déclenchement, et l'ovulation se fait très bien sentir, je dirais comme de bonnes grosses douleurs de règles.

Le pire je dirais que c'est pour les FIV, car tous les jours tu as une injection pour bloquer les ovaires, histoire de ne pas ovuler avant l'heure et avoir plein de follicules.
Ensuite tu rajoutes en plus l'injection de la stimulation et là, au fil des jours tu sens la pression, un peu comme si tu les sentais grossir.
Lorsqu'ils commencent à faire tous environ 14/15mm ça devient douloureux (surtout quand tu en as plus d'une vingtaine de taille différente par ovaire, le nombre très important est du aux OPK), et plus les jours passent plus ça lance et plus tu sens les ovaires bouger.
 

• À la page suivante :
 — Les Témoignages
Mamimie, un syndrome OPK mais 2 petites fées ...
- Le parcours de FloFlo

Lire la suite du dossier

ou découvrez nos autres dossiers "CONCEPTION / Avant la grossesse"

Pour vous
 

Un écrin de bien-être pour vous

Composition détente, anti-stress, bien-être et fraicheur. Les soins Cattier, Welleda, Forest People ont été crée pour votre confort et votre plaisir, le tout au naturel bien sûr!
Sur
Brindilles.

.