Fécondité, Grossesse, Accouchement :
Toute l’info maternité et calendrier grossesse pour femme enceinte

B
é
b
é

B
i
o
L
e

M
a
g
F
o
r
u
m
Accueil  >  ETRE BEBE  >  Maux et maladies  >  Prévention de la mort subite du nourrisson (MSN)

Prévention de la mort subite du nourrisson (MSN)

Témoignage sur la mort subite du nourrisson

Un souffle pour une vie, ou comment Thomas a frôlé la MSN



Ce récit est le troisième que Carine nous envoie.
Son bébé a été un miracle par sa conception, mais aujourd'hui, sa vie même est un miracle.

Nous remercions Carine pour son courage (ainsi qu'a toute sa famille), et nous lui souhaitons une vie la plus calme qui soit!
_____________________________________________

C'est vous qui avez appelé Thomas mon bébé miracle, vous ne pouvez savoir à quel point vous aviez vu juste.

Thomas est né le premier juillet 2000, beau bébé en pleine forme.
J'ai repris le travail le 11 septembre 2000 et Thomas est allé à la crêche.
Tout va bien, notre organisation est en béton et nous gérons du mieux possible mon mari et moi deux emplois du temps surchargés, deux bonhommes, la crêche, l'école maternelle.
Une vie de fou mais cela nous plait.

Le 27 octobre tout bascule je reçois un appel de la crêche qui m'annonce sans ménagement que Thomas est en route vers les urgences, il a fait un grave malaise c'est tout ce qu'on me dit.
Je prends juste le temps de contacter mon mari et je fonce en laissant en plan mes obligations professionnelles (je plante des clients à mon bureau !).

J'arrive aux urgences, mes parents sont là, ils n'en savent pas plus que moi, je rejoins mon bébé que je ne reconnais pas, il est très pâle, mou et ne bouge quasiment pas.
Je demande, je me renseigne et je lis la lettre de mon médecin qui avait été contacté par la crêche.
Ce que je lis me fait frémir, mon bébé a été retrouvé inanimé et cyannosé dans son berceau à 13H, il ne respirait plus et était déjà bleu.
Il a été réanimé sur place par mon médecin qui l'a confié à mes parents (je vous expliquerai ensuite pourquoi) afin qu'il aille aux urgences.
Le verdict est tombé, mort subite du nourrisson, vous savez cette expression qui fait tant peur aux parents, moi je l'ai entendue de la bouche du chef du service de cardio pédiatrie de l'hôpital Arnaud De Villeneuve à Montpellier.

Ensuite on vous parle de séquelles, Thomas était en vie mais on ne savait pas dans quel état se trouvait son cerveau, mon petit bonhomme de 4 mois risquait de ne jamais sourire ne jamais marcher, ne jamais parler.

On nous dit que les examens commenceront le lendemain et que nous devons rentrer chez nous.
Je n'ai pas envie de laisser mon bébé mais son grand frêre est chez ses grands parents, il faut que je le rassure.

Dans la voiture nous parlons peu avec mon mari mais nous sommes conscients d'une chose : notre vie ne sera plus jamais la même.
Le lendemain commence la course aux examens mais surtout pour nous la course aux réponses.
On nous dit presque rien, il faut se battre pour avoir les informations !
Notre vie est bouleversée, notre famille ne comprend pas, on nous abreuve d'idioties (c'est parce que tu as fumé pendant ta grossesse, c'est parce que tu l'as mis à la crêche au lieu de t'en occuper, les bonnes âmes ne manquent pas dans ces moments là...) au village on nous plaint et amener notre fils ainé à l'école devient un vrai calvaire, il faut expliquer encore et encore ce qui se passe et le pourquoi du comment.

A l'hopital un autre miracle nous attend THOMAS N'A RIEN, SON CERVEAU EST INTACT !!!!!!
Nous crions notre joie et nous prévenons toute la famille.

On nous annonce que Thomas va devoir partir avec moi dans un centre de prévention de la mort subite afin d'imprimer ses mouvements respiartoires et cardiaques sur 48H.
Nous sommes transférés en ambulance.
Nous arrivons dans ce centre et là nous sommes face à ce qu'aurait pu devenir notre bébé s'il avait eu des séquelles.
Je suis soufflée, je mesure notre chance.
48H passent et notre petit bonhomme est reté attaché dans un lit relié à un monitoring.
Nous avons ensuite rendez vous avec le professeur qui nous explique que Thomas fait de l'apnée, pour lui respirer n'est pas un automatisme, il fait de nombreuses pauses lorsqu'il dort.

10 jours après notre arrivée aux urgences nous pouvons rentrer chez nous mais nous repartons avec un monitoring. Nous devons brancher Thomas dès qu'il dort ou qu'il est susceptible de s'endormir pour un bébé de 4 mois c'est pratiquement tout le temps.
Il faut supporter le regard compatissant des gens dans la rue ou au supermarché quand ils découvrent les fils qui sortent du pantalon de notre bonhomme et qui sont reliés à la machine que nous enfermons dans un sac.
Je n'ai qu'une hantise c'est qu'au supermerché on me demande de montrer ce qu'il y a dans mon sac, je ne veux pas expliquer encore et encore que mon fils risque de mourir à chaque fois qu'il s'endort.

Nous retournons au centre toutes les 6 semaines pour 48H d'examens.
Notre vie de famille s'en ressent, notre fils de 5 ans est très contrarié, il pleure sans arrêt, il est difficile à l'école et je pense qu'il en veut aussi un peu à son frêre de monopolyser toute notre attention.

Nous sommes retournés au centre le 10 février et on nous a annoncé que Thomas respirait enfin normalement et que nous n'avions plus besoin de le brancher, nous avons été ivre de joie puis paniqués à l'idée de ne plus pouvoir surveiller notre bébé de si près.
Nous continuons à aller au centre mais notre vie de famille reprend peu à peu son cours, Thomas est enfin tiré d'affaire.
Il est transformé, nous ne sommes plus obligé de l'attacher dans son lit pour dormir et depuis il tient assis.

Son grand frêre revit lui aussi.
J'ai repris mon travail mais Thomas ne va plus à la crêche, je n'ai plus confiance en eux. Quand Thomas a été retrouvé dans son berceau ils n'ont pas appelé les pompiers, ils ont d'abord contacté le médecin rattaché à la crêche, comme il n'était pas disponible, ils ont contacté mon médecin qui a mis 10 minutes à arriver sur place. Quand elle a vu dans quel état de panique se trouvait le personnel de la crêche elle a décidé de prendre mon fils et de le confier à mon père qui est ancien pompier pour qu'il le conduise aux urgences.
Sans elle Thomas ne serait peut être pas en aussi bonne forme.

Voilà des nouvelles de mon bébé miracle.
Merci de m'avoir lue.
Carine.

Pour vous



Efficace, économique et 100 % écologique, cette lessive BIOVIE
par sa formule unique est une véritable alternative aux lessives chimiques pour tout votre linge et celui de votre futur bébé.
Sur Brindilles, pour vous et votre petite pousse


.