Fécondité, Grossesse, Accouchement :
Toute l’info maternité et calendrier grossesse pour femme enceinte

B
é
b
é

B
i
o
L
e

M
a
g
F
o
r
u
m
Accueil  >  ETRE BEBE  >  Maux et maladies  >  Prise en charge de la toux des nourrissons, des bébés et des enfants de moins de deux ans

Prise en charge de la toux des nourrissons, des bébés et des enfants de moins de deux ans

Traiter la toux chez les nourrissons, les bébés

Prise en charge de la toux des nourrissons, des bébés et des enfants de moins de deux ans


Depuis Avril 2010, l'AFSSAPS a mené une profonde réévaluation de l'utilité et de l'usage des médicaments destinés à traiter la toux chez l’enfant de moins de deux ans.
La première phase de ce travail a conduit l'agence à contre-indiquer les médicaments mucolytiques, mucofluidifiants et l’Hélicidine pour cette toute jeune population.
(voir la liste des mucolytiques et mucofluidifiants contre-indiqués pour les enfants de moins de 2 ans.)


La deuxième phase de ce travail de réévaluation a été publié fin 2010, qui entraine une profonde modification de la prise en charge de la toux chez les bébés et les jeunes enfants.


Cette démarche a [...] porté sur les médicaments antihistaminiques de première génération ainsi que le fenspiride, dont la contre-indication chez le nourrisson vient d’être décidée et entrera en vigueur d’ici quelques mois. Il est de plus envisagé de contre-indiquer les suppositoires à base de dérivés terpéniques chez l’enfant de moins de trente mois.[1]
 


Quelles réévaluations pour les médicaments contre la toux chez le nourrisson ?


- Pour les mucolytiques, les mucofluidifiants et l’Hélicidine: ils sont donc contre-indiqués depuis avril 2010 en raison des possibles complications respiratoires à cause de l'aggravation de l'encombrement bronchique.

- Les antihistaminiques de première génération :
La Commission d’Autorisation de Mise sur le Marché a estimé que le rapport bénéfice/risque de ces médicaments était défavorable chez le nourrisson.
Le bénéfice de l'utilisation de ces spécialités ne permet pas de contrebalancer les risques de complications.
Dans certains cas, l'utilisation de ces médicaments a entrainé des convulsions chez les nourrissons, ou des dépressions respiratoires.
De plus, l'agence relève que l'effet sédatif de ces médicaments peut être dangeureux en cas d'encombrement bronchique.

En conséquence, les sirops et suspensions buvables d'antihistaminiques H1 de première génération ainsi que le fenspiride, utilisés dans le traitement de la toux, seront prochainement contre-indiqués chez le nourrisson, cela est déjà le cas dans d’autres pays européens et outre Atlantique. [...] La mise en application de ces décisions interviendra à la mi-mars 2011. [1]

- Les suppositoires terpéniques :
En raison du risque possible de convulsions, il est envisagé de contre-indiquer toutes les spécialités suppositoires terpéniques chez les enfants de moins de 30 mois, de même que chez les enfants ayant des antécédents de convulsion fébrile ou de crise d’épilepsie quel que soit leur âge.
Les risques convulsifs avaient déjà conduit à contre-indiquer les médicaments terpeniques appliqués par voies cutanée et nasale en 1996, pour les enfants de moins de 30 mois, et pour les enfants ayant souffert de convulsion quel que soit leur âge.



Nouvelles recommandations de la prise en charge de la toux :


L'AFSSAPS rappelle que la toux aiguë du nourrisson est un symptôme fréquent, qu'elle est le plus souvent liée à une simple infection virale des voies respiratoires comme la rhinopharyngite ou la bronchite, et qu'il s’agit d’un réflexe naturel et indispensable de défense de l’organisme qui permet de drainer les voies respiratoires.

- Au cours de leurs 2 premières années de vie, les nourrissons en bonne santé feront de fréquents épisodes d’infection des voies respiratoires associée à une toux.
[la brochure publiée par l'AFSSAPS pour informer les parents précise même qu'un bébé en bonne santé fait en général 7 à 10 épisodes par an d’infections respiratoires associées à une toux.]

- Dans la majorité des cas, la toux disparaîtra dans un délai de 10 à 15 jours.
Dans certains cas, elle pourra régresser plus lentement en 3 à 4 semaines sans pour autant être liée à une complication, qu’il conviendra cependant d’éliminer.[1]

Dans le cadre d’une consultation survenant dans les premiers jours d’une toux aiguë, et après s’être assuré que celle-ci se manifeste à l’occasion d’une banale infection des voies aériennes, votre médecin préconisera dorénavant des mesures hygiéno-diététiques:
- La désobstruction nasale plusieurs fois par jour avec du sérum physiologique en cas d’encombrement nasal.
- Ne surtout pas fumer au domicile y compris dans une autre pièce que celle où dort votre enfant.
- Proposer et donner régulièrement à boire à votre bébé.
- Et limiter de la température à 19-20°C dans sa chambre.


Les symptômes et signes qui doivent les inciter à consulter à nouveau :


- La persistance et aggravation de la toux;
- La fatigue;
- La fièvre d’apparition secondaire;
- Le changement de comportement du nourrisson;
- L'aggravation ou apparition d’une gêne respiratoire;
- Les vomissements répétés au cours ou au dehors des repas;
- Une forte baisse de l'apétit de votre enfant (évaluée par l'agence à -50%...)


Sources :

[1] Point d’information: Nouvelles modalités de prise en charge de la toux chez le nourrisson (enfant de moins de 2 ans) - AFSSAPS - 28.10.10.
- Questions/Réponses: Prise en charge de la toux chez le nourrisson (enfant de moins de 2 ans)
- Brochure d'informations de l'AFSSAPS: Bébé tousse?