Fécondité, Grossesse, Accouchement :
Toute l’info maternité et calendrier grossesse pour femme enceinte

B
é
b
é

B
i
o
L
e

M
a
g
F
o
r
u
m
Accueil  >  ETRE MAMAN  >  Dossiers et Thèmes  >  Ce que veulent les sages-femmes, c'est aussi ce que veulent les femmes

Ce que veulent les sages-femmes, c'est aussi ce que veulent les femmes

Les constats : attentes des femmes, attentes des sages-femmes

Ce que veulent les sages-femmes, c'est aussi ce que veulent les femmes

Les constats

- De plus en plus de femmes demandent un suivi gynécologique plus proche de leurs besoins et surtout un suivi de grossesse et un accouchement moins – beaucoup moins – standardisés et médicalisés.


- Les gynécologues médicaux et obstétriciens sont débordés.
51 jours d'attente en moyenne pour obtenir un rendez-vous chez un gynécologue en ville [4]. Rendez-vous pour un renouvellement de contraception, pour faire un frottis ou pour prendre à bras le corps les soucis d'une PMA ou d'une chirurgie gynécologique, c'est la même chose … Débordés !


- Des dépenses de santé en augmentation constante, un déficit de l'Assurance Maladie toujours croissant.
En matière de soins médicaux, on a quand même une fâcheuse tendance à chausser des crampons pour traverser la rue …


- La profession de sage-femme est une profession médicale. Elles sont compétentes en matière de diagnostics et de prescriptions.
Mais dans une grande majorité des cas, dans le secteur hospitalier, leurs compétences sont limitées à une assistante médicale sous tutelle d'un médecin.
Du jamais vu ! Avez-vous déjà vu un chirurgien-dentiste recevoir « ses ordres » d'un médecin ?
Plus loin ?
Même les écoles de sages-femmes sont sous la direction d'un médecin.
À l'heure actuelle, seule l'école de Marseille - Méditerranée a pu être intégrée à un cursus universitaire en tant que Master 2
(5 ans d'études … la formation des sages-femmes en France est la plus longue d'Europe).
Le conseil de l'ordre des sages-femmes revendique le statut de praticien hospitalier.


Nous avons donc un problème Mesdames … Personne n'est satisfait.


Une bonne partie des problèmes serait résolue en utilisant à bon escient les compétences peu connues et peu reconnues des sages-femmes.


Le plus beau, c'est que le Plan Périnatalité 2010, la loi Hôpital de Juillet 2009, et même la Cour des Comptes en Septembre 2011 ont pointé, acté, renforcé des compétences et le rôle que peuvent jouer les sages-femmes dans le suivi gynécologique non pathologique des femmes ainsi que pour le suivi complet d'une grossesse physiologique.


Mais rien n'y fait.
Il semble qu'il y ait des verrous bien plus lourds que ne le voudraient le bon sens et la logique.
Mais que se passe-t-il ?

(Novembre 2011 - références et bibliographie en dernière page) 

Lire la suite du dossier

ou découvrez nos autres dossiers "ETRE MAMAN / Dossiers et Thèmes"