Fécondité, Grossesse, Accouchement :
Toute l’info maternité et calendrier grossesse pour femme enceinte

B
é
b
é

B
i
o
L
e

M
a
g
F
o
r
u
m
Accueil  >  ETRE MAMAN  >  Dossiers et Thèmes  >  Ce que veulent les sages-femmes, c'est aussi ce que veulent les femmes

Ce que veulent les sages-femmes, c'est aussi ce que veulent les femmes

Panorama du suivi gynécologique et périnatal en France

Ce que veulent les sages-femmes, c'est aussi ce que veulent les femmes

Panorama du suivi gynécologique et périnatal en France

On constate environ 200 000 interruptions de grossesse par an, sachant qu'il y a environ 800.000 naissances par an, cela signifie qu'une grossesse sur cinq n'est pas désirée ! C'est un chiffre énorme et alarmant [2].
Information, prévention, contraception … Tout est censé être là ! Et pourtant non.
Difficultés d'accès aux consultations (rappel : 51 jours d'attente pour une consultation en gynécologie en moyenne), désert géographique du planning familial dans certaines régions, moyens de contraception inadaptés aux styles de vie des femmes …


Plus avant ?
Une femme sur cinq n'est pas suivie sur le plan gynécologique.
Quid, dans ce cas de la contraception, quid de la prévention des infections et des maladies sexuellement transmissibles, quid de la prévention des cancers féminins (cancer du col de l'utérus, cancer du sein) ?


Le panorama n'est pas plus gai dans le domaine de la périnatalité

En 30 ans, le nombre de maternités a été diminué de près de deux tiers, le nombre de lits a été divisé par deux.
Depuis les années 80, les différents textes et plans de périnatalité qui avaient pour but d'améliorer la prise en charge périnatale des femmes et des enfants en France ont conduit à des restructurations des maternités.

Ces restructurations ont toujours été présentées comme les principaux facteurs qui ont permis de réduire la mortalité maternelle et infantile[2].
Cependant, dans son rapport, la Cour des Comptes indique précisément que si les indicateurs de mortalité périnatale se sont réellement améliorés, la France n'a pas de résultats plus favorables que d'autres pays européens, comme l'Allemagne ou la Suède.

La France se place au 13e rang des pays européens en ce qui concerne la mortalité maternelle [2 – Rapport Europeristat 2008], et au 20e rang des pays européens en ce qui concerne la mortalité infantile en 2009 [1].
 

Le taux de déclenchement des accouchements est d'environ 20%.[1]
Le taux de césarienne est d'environ 21 % [2], alors que l'OMS estime que le taux de césarienne devrait être compris entre 5 et 15%.

En ce qui concerne l'épisiotomie, les derniers chiffres nous apprennent qu'elle est pratiquée dans 47% des accouchements par voie basse (68% chez les primipares/31% chez les multipares).
Si l'OMS préconise un recours à l'épisiotomie dans 10 % des cas, en France, il est recommandé que ce taux soit inférieur à 30 % et, nous n'y sommes pas encore ! [3]

(Novembre 2011 - références et bibliographie en dernière page) 

Lire la suite du dossier

ou découvrez nos autres dossiers "ETRE MAMAN / Dossiers et Thèmes"