Fécondité, Grossesse, Accouchement :
Toute l’info maternité et calendrier grossesse pour femme enceinte

B
é
b
é

B
i
o
L
e

M
a
g
F
o
r
u
m
Accueil  >  ETRE MAMAN  >  Dossiers et Thèmes  >  Lucien Neuwirth, ou la légalisation de la contraception

Lucien Neuwirth, ou la légalisation de la contraception

Lucien Neuwirth, l'homme qui a milité pour la légalisation de la contraception.

Lucien Neuwirth


Il y a de nombreuses vies dans la vie d'un homme.
Quand on commence à lire les événements qui ont émaillé la vie de Lucien Neuwirth, on se dit : quelle vie!

Quand on continue à explorer et qu'on découvre son parcours, sa philosophie de vie, et ses idées, on se dit : quel homme !

Et quand on n'a jamais fini de vouloir le connaître pour sa richesse, ses actions, sa tenacité, on se dit : hommage, respect, et merci Monsieur Neuwirth !


Crédit Photo : © Ina.fr


Né le 18 Mai 1924, dans une famille stéphanoise, Lucien Neuwirth rentre en pleine adolescence dans le conflit de la seconde guerre mondiale. Il a 16 ans lorsqu'il entend l'appel du 18 Juin du Général de Gaulle à la radio qu'il était en train de bricoler dans la cuisine de sa mère.
L'appel du Général de Gaulle résonne dans les convictions de Lucien Neuwirth, et sa mère de pointer un doigt vers "le poste" et de dire: "Lucien, c'est lui qui a raison, c'est lui qu'il faut suivre."


Lucien s'engage alors dans la résistance.
Dans les mois qui suivent, il rencontre rencontre Jean Nocher, journaliste au journal la Tribune de Saint-Étienne.
C'est avec Jean Nocher que se constitue le groupe de résistants "Espoir", et qu'ils se lancent dans la publication d'un journal clandestin.


En 1942, les arrestations de résistants débutent.
Un samedi matin, il se fait arrêter par deux hommes de "la secrète" qui le conduisent auprès du chef de la sureté. Le chef de la sureté n'ayant pas le temps de l'intérroger, le fait placer en garde à vue.

Une amie de la famille, vendeuse de légumes à la criée le voit, et se met à hurler au scandale! "On arrête des gamins maintenant!! quelle honte!!
Les deux hommes sont contraints de relacher Lucien, qui rentre chez lui avec pour consigne de revenir le lundi matin, à 8 heures ...
Il ne se présentera jamais au bureau de police, le lundi matin à 8 heures.
Il fuit en Espagne, où il sera arrêté par la Guardia Civil (nous sommes sous le régime franquiste), et il sera interné plusieurs mois dans le camp d’internement de Miranda del Ebro. Il sera libéré à la faveur d'un échange de prisonniers contre des vivres par le régime franquisrte, et il rejoindra l'Angleterre mi-juillet 43.


Pendant sa "formation parachutiste" en Angleterre , il connaît Kathleen, une jeune femme en charge d'une batterie DCA, qui lui fera découvrir ainsi "la gynomine", un contraceptif à usage unique en vente libre en Angleterre.
Le jeune homme devient alors le fournisseur de ses aînés de la France libre, et c'est là qu'il gagne son surnom de « Lulu la pilule ».


Les combats, les sauts en parachute sont son quotidien à partir de la fin de l'année 43.
Il participera à la libération de la Bretagne, assurera de nombreuses offensives jusqu'au 9 Avril 1945 ...

Ce jour là, il est en Hollande en mission parachutée depuis le 7 Avril.
Déjà, la mission commence avec difficultés, la DCA canarde l'avion, ensuite le dispacher, l'homme qui organise le rythme des sauts est inexpérimenté ... montés en altitude pour éviter les tirs, ils se retrouvent au-dessus des nuages, dans l'incertitude ... ils finissent par attérir dans les arbres ...
Repérés par les allemands qui avaient quadrillés la zone, les hommes se retrouvent pris au pièges. L'officier décide de les fusiller, et sans délai les soldats allemands abattent le groupe d'hommes dont faisait partie Lucien.

Je le cite, parce qu'un moment comme cela ne peut pas être raconté par quelqu'un d'autre :

"C'est là où j'ai eu ma grande chance, c'est que je n'ai pas pris de coup essentiel, je suis resté debout...[...] et moi j'ai vu un tout jeune boche devant moi [...], je le regardais, j'ai été pris par un fureur comme je n'ai jamais reconnu depuis: "vous est des salauds, on est en uniforme, vous nous fusillez!!", vraiment, j'étais révolté qu'ils nous fusillent en uniforme, et je regardais le type droit dans les yeux, je ne sais pas si c'est ce qui a joué, le type m'a pas tiré dans la tête, il m'a tiré en plein cœur, Dieu soit loué !
Parce que j'avais le "battle dress", et dans le battle dress, j'avais mon portefeuille avec des pièces, de grosses pièces, ce qui fait que la balle a riquoché, mais moi, le coup presque à bout portant, je suis tombé KO ..."

Il est laissé pour mort au milieu de ses camarades. Sonné, il reprend conscience doucement : "il y eut d'abord le chant des oiseaux, le chuintement du vent dans les branches ", il se dit "je suis en vie, cette vie m'a été donnée, elle est miraculeuse, cette vie, il faut que j'en fasse quelque chose pour tout le monde".

Ce qu'il a fait.


Fin de la première partie
Accéder à la suite : le projet et la réalisation de la Loi Neuwirth.