Fécondité, Grossesse, Accouchement :
Toute l’info maternité et calendrier grossesse pour femme enceinte

B
é
b
é

B
i
o
L
e

M
a
g
F
o
r
u
m

Sommaire du dossier

Sommaire du dossier
1/3
L'église ...
Accueil  >  ETRE MAMAN  >  Pour le plaisir  >  Les bons mots de nos mamans : Emmanuelle

Les bons mots de nos mamans : Emmanuelle

Un mariage épique

Une gigantesque tartine au beurre salée... où l'aventure d'une maman à un mariage ...


Par Carambole


Vous avez du temps à tuer et n'êtes pas trop écœurés à la perspective d'ingérer une gigantesque tartine au beurre salé ?
Bon courage alors pour la petite histoire qui suit.

Tout a commencé le jour où nous avons reçu ce carton d'invitation à ce mariage.
Et on a dit oui, on irait, parce que bon, future madame est une amie (enfin, surtout à Mr, du temps de sa vie étudiante dissipée et loin de son épouse fidèleuzédévouée), et puis quoi, ça fait bien 2 ans et demi que nous n'avons pas assisté à une cérémonie nuptiale, et à nos âges, où on entame les premiers divorces des copains, autant profiter de tous les feux de l'amour tardifs à disposition.

Et donc nous sommes partis plein de bonne humeur, et la voiture pleine de bagages, pour 1100km de route, parce que le oui-oui se passe à l'autre bout de la France finisterrienne, la terre des bigoudens, du goémon et des ker-crêperies, kenavo.
Là, je précise que l'on a fait ce trajet en plusieurs étapes, la palourde (soit le surnom de bb2) ne supportant pas la locomotion motorisée plus de deux heures sans entamer de sonores beuglements qui battent toute Nouvelle Star à plates cordes vocales, ponctués de quelques épisodes de je-m'etouffe-avec-ma-morve-au-secours-arrétez-vous-tout-de-suite.
Et je sais bien que ce n'est pas terrible de donner le sein à l'avant sans être attachés sur l'autoroute avec un canapé sur le toit et une remorque pleine (oui on en profite aussi pour déménager quelques broutilles), tout en doublant sur la droite un 36 tonnes et en se faisant doubler sur la gauche par une Subaru gendarmesque, oh que non.

Enfin, le jour J arrive, il n'y a plus que 300km à faire, la voiture a été débarrassée de ses nombreux accessoires, les enfants sont sur leur 31 (enfin, à part que Tapoutaye (soit le surnom de BB1 qui n'est plus un bb.) a un oil fermé avec une paupière rouge au triple de son volume normal à cause d'une piqûre du seul moustique encore vivant dans le grand ouest, et que la palourde a une énorme croûte sur la joue à cause d'une rencontre inopinée et à grande vitesse avec un légo traître qui traînait par-terre juste avant le départ).
L'objectif, aussi facile à atteindre qu'une victoire des Bleus sur les All Blacks était d'arriver à l'heure pour une fois.
Et, mesdames et messieurs, l'objectif fût atteint, malgré une petite crise conjugale ayant pour thème une sombre histoire de carte routière pas assez détaillée, de routes très minuscules et très tortueuses et de qui avait oublié de prendre le carton avec les indications, c'est toi qui avait dit que tu le prenais, enfin, quoi c'est pas possible, ça.