Fécondité, Grossesse, Accouchement :
Toute l’info maternité et calendrier grossesse pour femme enceinte

B
é
b
é

B
i
o
L
e

M
a
g
F
o
r
u
m
Accueil  >  ETRE MAMAN  >  Votre vie de maman  >  Une seconde grossesse, un second bébé

Une seconde grossesse, un second bébé

Une seconde grossesse : les craintes de ne pas autant aimer.

Une seconde grossesse, un second bébé



La Notion d'amour


C'est à la naissance de notre premier enfant que l'on découvre cet incroyable et finalement indescriptible lien qui nous unit.
Lien très "massif", mélange entre don absolu, amour, tendresse, espoir, ambivalence et éternelles remises en questions.

Ah les coquins ! Avec leur soif de vivre, leur efforts titanesques pour avancer chaque jour un peu plus, leur insondable confiance en nous, et leur amour tellement immense qu'ils enragent parfois !

L'intensité de cette relation est unique... et c'est bien ce qui pose question lorsqu'un petit second arrive.
Est-il possible de ressentir à nouveau la même intensité, de donner autant à chacun de ses enfants, de les aimer de la même manière ?

Devinez ?
Comme d'habitude, il y a beaucoup de nuances entre un oui et un non !

Parce que la nuance ne s'exprime jamais mieux que par des témoignages, voici celui de Marie :


Témoignage de Marie (maman de Léna- 5 ans, et Lucas - 10 mois)

"(...)Le plus fort décalage que j'ai ressenti, c'est à mon retour de la maternité, les premiers jours... Toujours ce gros ballon d'amour pour ma grande fille, et un gros point d'interrogation pour mon petit Lucas que je ne connaissais pas encore, et au final, une grosse culpabilité d'avoir l'impression de ne pas aimer autant mon fils que ma fille.

Je m'imposais une sorte de barre d'amour, où Lucas devait d'emblée se situer à égalité avec Léna ... mais non, on ne peut pas mettre 5 ans de vie en balance avec quelques jours passés avec Lucas.
On se sent mauvaise dans ces moments (...)

J'avais fait un gros baby-blues pour ne pas dire une dépression à la naissance de Léna, et j'ai essayé d'être objective en essayant de me souvenir de ces moments à la naissance de Léna.

Et bien cela ressemblait assez à ce que je vivais avec Lucas ... ce gros point d'interrogation était également là, sans l'instabilité émotionnelle à la naissance de Léna.
Je me suis dit alors, donne-toi du temps.

Aujourd'hui, Lucas a 10 mois, je n'ai plus de point d'interrogation, j'aime profondément mon petit bonhomme. Il est très différent de sa soeur.

Il est aussi calme qu'elle est vive, coquins tous les deux, abordant les choses de façon complètement différentes !

Ce qui est drôle c'est que j'aime ma fille pour son côté "tétu" et chipie, et mon garçon pour son grand calme et sa tranquilité à faire son petit bonhomme de chemin, même si cela ne se limite pas à ces traits de caractère!(...)"

Lire la suite du dossier

ou découvrez nos autres dossiers "ETRE MAMAN / Votre vie de maman"