Fécondité, Grossesse, Accouchement :
Toute l’info maternité et calendrier grossesse pour femme enceinte

B
é
b
é

B
i
o
L
e

M
a
g
F
o
r
u
m
Accueil  >  FERTILITE  >  Témoignages sur les difficultés à concevoir un enfant  >  Le témoignage de Lisa : Stérilité masculine, azoospermie et don de sperme

Le témoignage de Lisa : Stérilité masculine, azoospermie et don de sperme

Stérilité masculine, azoospermie.

Le récit de Lisa...pour répondre à Sandra

Bonjour ,

J'ai trouvé votre site très bien conçu, et très intéressant, on y apprend beaucoup de choses.
Car il n'y en a pas que pour les parents qui peuvent avoir des bébés sans difficultés.

Et je vous en remercie. J'ai été très émue par le Témoignage de Sandra, car je vis la même chose.

Car nous, aussi, aimerions avoir un bébé, mais voilà, la nature en a décidé autrement. J'ai 26 ans et cela va faire 5 ans que je suis avec mon mari.
J'habite une ville moyenne de 15 000 Habitantsen région Centre, Eure et Loire, à peu près à 130 km de Paris, mais le CECOS le plus proche est à 100 km de chez moi à Tours. En effet, il y environ2 ans en avril , mon mari et moi décidions d'avoir, un enfant. Au bout de7 mois et (quelques cycles menstruels très perturbés,) et surtout d'échec, nous consultons mon gynéco début janvier. Après, un spermogramme, très négatif, puis un autre pour confirmation le sentence tombe. C'est l'azoospermie !!! (absence totale de spermatozoïdes)

Là, la galère commence, le Gynéco nous dit simplement, madame, monsieur, il vous orienter vers des centres qui traitentla stérilité. Sans nous préciser, ni le nom des patriciens, ni le nom des hôpitaux. Juste, avec le nom des 2 villes qui sont respectivement, chacune, à 100 Km de chez nous. Avec cette nouvelle qui nous tombedessus,on se retrouve complément anéanti et désemparé. Il n'y aucun soutien, du médecin, il ne se préoccupemême pas des courriers à nous donner. Etpour finir,à nousde nous débrouiller appeler la secrétaire,la relancer, plusieurs fois, pour obtenirles courriers nécessairesafin depouvoir,m'orienter vers ces centres. (Ainsi que les adresses car naturellement, nous ne les avions pas). Une Fois lescoordonnées en poches, nous prenons rendez-vouschez un gynéco dans une clinique spécialisées qui se trouve à plus de 100 Km de chez nous. (ou l'on attend près d'1 h 30) pour s'entendre dire,vous devez prendre rendez-vous chez mon confrère urologue (ce n'est pas de mon ressort.)pour envisager une solution.

Décision prise, nous décidons que mon mari subisse une biopsie des testicules afin de trouver la cause de son problème pour espérertrouver quelques spermatozoïdes (tout n'était pas vain)qui puissent être féconds en vue d'un FIV (fécondation In Vitro). Nous décidons avec l'urologue d'une intervention chirurgicaleprévue le 10 juin. (Je vous épargne l'épisode, du chirurgien qui oublie de prescrire la prise de sang HIV avant l'opération et qui nous dit "Vous auriez pu demander à ma secrétaire de vous prescrire l'ordonnance (comme si l'on devait savoir, les prescriptions à sa place). Du coup retour à la maison et intervention repoussée de 15 jours.)
Résultats 15 jours plus tard (tout en angoissant et sans personne à qui parler). Aucunes gamètes !!! . A cet instants tous nos espoirs s'effondrent et toujours personne à qui parler. A cet instant, vous croisez les mamans, les papas heureux et leur nouveaux-nés.

Finalement nous persistons et prenons rendez-vous dans un hôpital, qui lui est habilité à faire des inséminations avec donneurs. Le premier rendez-vous est prit fin Août. On nous informe alors, qu'il va falloir aller signer notre consentement devant le jugeoudevant notaire, et voire une psychologue. (Cette fois encore le médecin oubli de nousdonner des documents pour passer devant le juge).
Après avoir signé tous les papiers nécessaires pour être sur liste d'attente et avoir vu une psychologue avec qui on a enfin pu dialoguer. (nous sommes le 2 novembre) Nous ESPÉRONS que quelques donneurs veuillent bien franchire le pas de la porte du CECOS. Car actuellement le CECOS de Tours est en période de crise et n'a plus de donneurs. Par conséquent, Au lieu de patienter 1 an, on doit attendre 18 longs mois avant d'espérer une première insémination. Et combien de temps avant que cela prenne ?????
Voilà, c'est notre parcours du combattant !!!
Dans notre malheur, la situation la plus stupide que nous rencontrons c'est qu'il est interdit en France de faire de la publicité pour que les gens aillent donner soit, leur sperme, soit leur ovocytes pour les femmes !!! Ce qui rallonge considérablement le temps d'attente, faute de dons. Car l'équipe demédecins, nous demandent de trouver des gens susceptibles de faire des dons, mais voilà nos meilleurs amis à qui on peut en parler de notre problèmes,sont dans notre cas. Les autres ont soit plus de45 ans soit n'ont pas d'enfant. Et comment voulez-vous demander à d'autres personnes de faire un don à plus de 100 km, en sachant qu'il vont devoir y retourner plusieurs fois ??? Ce n'est pas évident. De plus, ce ne sont pas des chosesdont on a envie de parler à tout le monde. Sans compter sur l'entourage qui vous fait également des réflexions du genre "moi à ta place j'irai voir ailleurs, je n'attendrais pas si longtemps" ou bien "moi je veux bien donner mais sans passer par le CECOS", "C'est bien compliqué tu devrais tout arrêter et tant pis si tu n'as pas de bébé... " "Même un gynécologue nous a dit il vaut mieux adopter. C'est déjà assez difficile à vivre comme cela. Vous est-il possible sur votre site Maternéo d'informer la population que les CECOS en France sont en pénurie ? Tout les étés aux informations on voit des reportages sur des banques de dons du sang qui sont en pénurie car ce sont les vacances, même pour les dons d'organes on fait appel à la population !
Je ne pas contre, au contraire je suis la première à aller donner mon sang quand je suis sollicitée.
Mais pourquoi personne ne s'intéresse à ce sujet ? Je pense que tant que les gens ne sont pas touchés, il n'y prêtent a pas attention. Pourtant, en France 1 couple sur 6 a des problèmes pour avoir un enfant.
Je ne suis loind'être la seule dans ce cas là. L'autre jour, dans le magazine famili du mois de janvier, il y avait un article intitulé "Ovocytes : menace de pénurie !" page 15. Ce qui j'espère à interpellé les lectrices et lecteurs. Plus loin, page 24, Brigitte de la Sarthe, qui est dans le même cas que moi à également fait un appel au don de sperme .
Pour ma part, j'ai essayé d'interpeller la rédaction des journaux de Tf1 et France à Tf1 on m'a répondu de faire un courrier alors qu'un simple coup de téléphone suffit et France 2 m'a dit qu'il en parlerait à leur supérieurs à ce jour, je n'ai reçu aucune réponse de leur part.
Voilà, merci... pour vos messages de soutien, un grands MERCI de m'avoir lue, j'espère que ce n'était pas trop long.

Quelques conseils ....
1) Dotez vous d'un gynécologue compétent qui prenne en charge la paperasse et vous conseille bien.
2) Allez directement dans un CECOS, vous perdrez moins de temps pour être inscrit sur liste d'attente.(et en allant à la clinique, on paie des dépassements d'honoraires non remboursés par la Sécu)
3) Armez-vous de beaucoup de courage, et patience.

Lisa.

Pour vous
 
Un écrin de bien-être pour vous.
Composition détente, anti-stress, bien-être et fraicheur. Les soins Cattier, Welleda, Forest People ont été crée pour votre confort et votre plaisir, le tout au naturel bien sûr!
Sur
Brindilles.

.