Fécondité, Grossesse, Accouchement :
Toute l’info maternité et calendrier grossesse pour femme enceinte

B
é
b
é

B
i
o
L
e

M
a
g
F
o
r
u
m

Sommaire du dossier

Sommaire du dossier
4/4
Les causes d'une fausse couche
Accueil  >  GROSSESSE  >  Complications pendant la grossesse  >  Fausse couche précoce et fausse couche tardive

Fausse couche précoce et fausse couche tardive

Prise en charge et traitements suite à une fausse couche spontanée

Une fausse couche spontanée

Prise en charge et traitement autour d'une fausse couche

La prise en charge et le traitement d'une fausse couche dépend de son origine, de la façon dont elle est arrivée et principalement de son avancée lorsque vous arrivez en consultation.


Prise en charge d'une fausse couche complète

Lorsque vous arrivez en consultation, la fausse couche spontanée a eu lieu dans les heures qui ont précédé.
Les saignements sont en régression, les "débris ovulaires" ont été évacué.


Votre consultant va s'assurer au cours de l'examen que vous allez "bien".
Il va vérifier que votre tension et votre pouls sont corrects, que votre numération sanguine est dans la norme, s'assurer de l'involution du taux de l'hormone bêta hCG.
En pratiquant une échographie, votre consultant confirmera la vacuité utérine.
La cavité utérine est vide, il n'y a aucune rétention placentaire, le siège de la grossesse arrêtée était bien intra-utérine.
À l'auscultation gynécologique, votre médecin vous libérera d'éventuels "débris ovulaires" au niveau cervical ou vaginal.


Dans cette situation précise, le souci majeur pour votre consultant est de s'assurer que la grossesse est bien arrêtée, que la fausse couche que vous venez de vivre n'est pas la conséquence d'une grossesse extra-utérine lorsque l'arrêt de la grossesse a eu lieu avant tout examen échographique qui aurait permis de localiser le siège de la grossesse.

Le suivi dans les jours qui suivent la fausse couche complète :

Très généralement, votre consultant vous demande de revenir une semaine plus tard pour pratiquer une échographie de contrôle qui permet de s'assurer que tout revient à la normale.
Votre taux de bêta hCG peut lui aussi être surveillé et prendre plusieurs jours à revenir à 0.
Puis, une visite de contrôle peut vous être proposée un mois après la fausse couche.


Dans les faits, tout dépend du contexte dans lequel est survenue la fausse couche complète, de votre façon de vivre et de surmonter la situation et des pratiques de votre consultant.


Dans tous les cas, il n'est pas abusif de prendre un rendez-vous de consultation pour vous permettre de poser toutes les questions que vous n'aviez pas forcément à l'esprit au moment même où vous avez vécu cette fausse couche.


(• Les suites d'une fausse couche : durée des saignements après une fausse couche, ovulation, arrêt de travail ou pas, tomber à nouveau enceinte après une fausse couche ?
Lire directement la page suivante : après une fausse couche.)

Prise en charge et traitements d'une fausse couche incomplète ou d'une grossesse arrêtée

La prise en charge et le traitement qui vous est proposé par l'équipe obstétricale dépend à la fois du terme auquel la fausse couche a lieu, du contexte dans lequel elle a lieu , de son avancée lorsque vous arrivez en consultation.


En fonction de ces différents critères, trois solutions peuvent vous être proposées :

L'expectative

Lorsque la fausse couche est en cours, votre consultant peut vous proposer d'attendre et de respecter le processus naturel qui est en train d'arriver.
Vous êtes sous surveillance médicale (surveillance des constantes, surveillance de l'hémorragie, et surveillance échographique), vous recevez un traitement pour ne pas souffrir.


Si le processus naturel prend vraiment trop de temps à survenir et que cette attente devient vraiment trop insupportable, vous pouvez demander à votre consultant de passer à une méthode plus active : le traitement médicamenteux, ou l'aspiration/curetage.

Le traitement médicamenteux

Le traitement médicamenteux qui vous est proposé sert à déclencher des contractions aidant ainsi le processus de la fausse couche.
Ce traitement est particulièrement indiqué si la grossesse est arrêtée, mais qu'aucun signe de fausse couche ne se déclenche naturellement.
Mais il peut également vous être proposé pour aider à l'évacuation des débris encore présents dans l'utérus lorsque la fausse couche est en cours.


Les deux molécules les plus utilisées sont le methergin et le misoprostol (cytotec ®).


La prise de l'un de ces médicaments est toujours associée à des médicaments qui vous permettent d'atténuer la douleur.


La rapidité d'action de ces médicaments est très variable d'une femme à l'autre.
Le ressenti de la douleur est également très variable d'une femme à l'autre.

Aspiration endo-utérine / Curetage

• Une différence entre l'aspiration et le curetage ?
On entend beaucoup les deux termes, donnant l'impression qu'il s'agit de deux interventions différentes.
En fait, il s'agit d'une unique intervention, mais en deux étapes : la première étape de l'intervention consiste à aspirer les tissus encore présents dans la cavité utérine, la seconde étape est le curetage, qui permet de s'assurer que tous les débris ont été évacués et que la cavité utérine est bien vide.


• Le déroulement de l'aspiration curetage :

Lorsque le contexte de la fausse nécessite une aspiration, vous êtes hospitalisée sur une journée.
Il peut vous être prescrit un médicament qui va aider le col de l'utérus à se dilater.
Vous rentrez ensuite au bloc, et vous êtes généralement endormie sous anesthésie générale.
L'intervention dure une demi-heure environ.
Vous allez ensuite en salle de réveil, où vous êtes placée sous surveillance pendant plusieurs heures pour s'assurer que l'intervention s'est bien déroulée (surveillance des constantes, et surveillance d'une éventuelle suite à l'intervention).
En fin de journée, vous sortez de l'hôpital.


L'aspiration entraine des saignements qui ressemblent à des pertes de règles ou de fin de règles, c'est tout à fait normal. Ces pertes durent habituellement une semaine, parfois moins d'une semaine.


• Les précautions habituellement données après une aspiration endo-utérine et un curetage :

- Ne pas utiliser de tampons pour ce premier cycle de reprise,
- Ne pas prendre de bain (en baignoire, en mer ou en piscine) ou faire de douche vaginale dans les jours qui suivent l'intervention
- Il est conseillé d'attendre au moins une dizaine de jours avant de reprendre une activité sexuelle.


• Par contre :

- si vous avez une fièvre (supérieure à 38°C),
- si vous avez des douleurs au ventre qui ne cèdent pas avec le traitement que l'on vous a prescrit,
- si les pertes sentent mauvais,
- si les saignements persistent au-delà de ces premiers quelques jours :
Consultez au plus vite dans le service où vous avez été prise en charge.


Dans le cadre de la prise en charge qui suit une aspiration, vous serez certainement amenée à consulter de nouveau trois semaines à un mois après l'intervention.

- À la page suivante :
Les suites d'une fausse couche : durée des saignements après une fausse couche, ovulation, reprise du cycle et retour de couches, arrêt de travail ou pas, tomber à nouveau enceinte après une fausse couche ?