Fécondité, Grossesse, Accouchement :
Toute l’info maternité et calendrier grossesse pour femme enceinte

B
é
b
é

B
i
o
L
e

M
a
g
F
o
r
u
m
Accueil  >  GROSSESSE  >  Complications pendant la grossesse  >  Une fausse couche tardive : témoignage

Une fausse couche tardive : témoignage

Anne Marie : Une fausse-couche, suite à une infection

Une fausse couche, suite à une infection



Bonjour,

Je m'appelle Marie, j'ai fait une fausse couche à 19 semaines et demi de grossesse,dans la nuit du 16 au 17 septembre.

J'ai déjà fait deux premières fausses couches en octobre 20** et décembre 20** à moins d'un mois de grossesse.
Ma gynécologue m'a alors prescrit des examens complémentaires (caryotypes ainsi que mon mari et un bilan sanguin).
Les résultats sont revenus ne montrant aucune anomalie.
Elle m'a alors prescrit du clomid.

Au mois de juin dernier je suis tombée de nouveau enceinte.
Mon mari et moi étions très contents de la nouvelle.
Tout se passait bien, la première échographie était normale, et le suivi mensuel aussi.

Le 12 septembre, nous avions rendez-vous chez ma gynécologue pour l'examen mensuel et avec un peu de chance nous aurions vu le sexe de notre petit.

Génial cela n'a pas loupé, la gynéco a vu tout de suite que c'était un petit mec.
Nous étions vraiment très contents car dans la famille il n'y avait que des naissances de filles.

L'examen était normal.

Le 16 septembre , je repassais et j'ai ressenti une envie de pousser et une gêne au niveau des reins.

J'ai appelé la gynéco qui m'a dit de venir la voir tout de suite.
Ce que nous avons fait, à l'auscultation, elle m'annonce que mon col est ouvert et qu'il faut nous rendre tout de suite aux urgences gynécologiques.

Donc, nous voilà parti aux urgences, arrivés nous avons été pris en charge tout de suite par une sage-femme qui a vérifié l'état du cœur du foetus, celui ci battait très bien.
Mes saignements s'amplifiaient et l'interne est arrivée.

A l'échographie on pouvait voir le col qui s'ouvrait mais le petit cœur battait toujours.
L'interne a demandé des examens complémentaires pour voir si il n'y avait pas une infection car j'avais un peu de température, et elle nous a annoncé au départ que si il y avait une infection on pourrait traiter et je devrais rester allongée.

Mais je sentais que cela n'allait pas durer.
Après ce premier examen je me suis mise à saigner abondamment et là l'interne a compris que le travail était en cours et qu'on ne pourrait rien faire.
Elle a été très directe pour nous l'annoncer, mais très présente, ce qui je pense est préférable.
Il ne sert à rien de tourner autour du pot!

Ensuite, je suis montée en service en attendant que le travail se fasse, ais je n'y suis pas restée très longtemps car les contractions étaient de plus en plus fortes et de plus en plus rapprochées.
Devant cela mon mari a rappelé la sage-femme et nous sommes descendus en salle de travail.
J'ai eu le droit à une rachis sur la fin car il y avait toujours ce risque infectieux et ils hésitaient à en rajouter un autre.
Une fois la rachis faite je me suis sentie soulâgée et le petit bonhomme est arrivé.

On nous a demandé si on voulait le voir, mais nous avons refusé.
Si nous désirons le voir plus tard nous devrons faire la demande à l'hôpital car ils gardent des photos dans leurs dossiers.

L'équipe a vraiment été très bien, autant pour moi que pour mon mari.
Je leur ai dit que je reviendrai. 
Nous sommes restés dans l'attente des résultats pendant un mois, et nous avons appris que j'avais fait une infection à strepto.

Ma gynéco est moi-même étions très surprises car j'allais très bien, je n'avais aucun signes d'infection.
J'ai aussi eu le droit à un bilan sanguin pour savoir si je ne fabriquais pas des anticorps qui provoquent les fausses couches. Bingo!! : j'en fabrique un peu.

Bref, pour la prochaine grossesse, qui à mon avis n'est pas très loin, ayant quelques signes grossesses , avec ma gynéco nous ferons des examens tous les mois pour prévenir l'infection et je prendrai en plus un traitement contre les anticorps (aspégic nouveau né).

Ce fut une épreuve très pénible moralement car vous êtes malheureuse de ce qui vous arrive mais en plus votre mari est très triste lui aussi et je ne vous parle pas de l'entourage qui cherche à comprendre ce qui se passe, qui se demande si vous êtes bien suivie, si vous n'avez pas fait de bêtises........ et en plus dans ma famille il y a eu des accouchements et il y a des grossesses en cours !

J'ai été arrêtée un mois car je ne me voyais pas reprendre le travail.
Je suis infirmière en entreprise et j'avoue que je n'avais pas du tout envie de m'occuper des autres.

Je pense qu'il ne faut pas se poser de question quant à envisager une autre grossesse, cela se décide avec le temps.
Il ne faut surtout pas désespérer et continuer à vivre pleinement ce désir d'enfant.

Il est vrai que l'on ne parle pas assez des fausses couches.

La femme le vit comme un échec et n'ose pas en parler de peur de passer pour une incapable.
Je l'ai ressenti, je me disais que j'étais incapable de remplir mon "devoir" de femme, de ne pas pouvoir faire ce beau cadeau à mon mari qui est la naissance.

En fait quand on discute avec d'autres gens on se rend compte que cela arrive à beaucoup d'autres femmes.
Aujourd'hui je vais mieux et me dis que ce vécu était un entraînement pour le futur.

Marie.

Pour vous
 
Un écrin de bien-être pour vous
Composition détente, anti-stress, bien-être et fraicheur. Les soins Cattier, Welleda, Forest People ont été crée pour votre confort et votre plaisir, le tout au naturel bien sûr!
Sur
Brindilles.

.