Fécondité, Grossesse, Accouchement :
Toute l’info maternité et calendrier grossesse pour femme enceinte

B
é
b
é

B
i
o
L
e

M
a
g
F
o
r
u
m

Sommaire du dossier

Sommaire du dossier
2/2
L'annonce de la mort in utéro - le jour où le miroir se brise.
Accueil  >  GROSSESSE  >  N'être - Deuil périnatal  >  L'annonce - le jour où le miroir se brise

L'annonce - le jour où le miroir se brise

L'annonce de la mort in utéro - voir sont enfant, le prendre dans ses bras

La prise en charge : le jour où le miroir se brise

 

Le voir, le prendre dans ses bras


Le faire doit rester le choix exclusif des parents.
Les pousser dans un sens ou dans un autre au nom du sacro-saint travail de deuil est une bêtise.
Les psychologues eux même le disent : chaque personne réagit de façon différente, et même si le temps presse, si les parents auront forcément l'envie, même si ce n'est que des années plus tard, de connaître les traits de leur enfant et de le serrer dans leurs bras, le faire à ce moment précis, contraints, peut être pire.

Est-ce que je regrette aujourd'hui mon choix de ne pas avoir tenu ma fille dans mes bras ?
Ma réponse est non.
Ce que je regrette, c'est de ne pas pouvoir vivre ce moment maintenant que j'en serais capable et que je le désire.

Mais je sais pertinemment qu'à ce moment précis c'était impossible.
Quelques jours plus tard, lors de la mise en bière, j'ai éprouvé le besoin de la voir enfin ; j'ai compris que c'était ma dernière chance et que je ne pouvais pas la laisser passer.
La voir quand j'y ai été prête a été une très bonne chose, même si cela n'a été qu'une poignée de secondes.

Mais il y a tellement de récits magnifiques de ces rencontres entre les parents et leurs enfants empreints d'une telle sérénité que cela prouve bien que toutes les possibilités à ce sujet sont bonnes tant qu'elles sont décidées par les parents eux-mêmes.


Prendre des photos


Quand on m'a proposé de prendre des photos de ma fille alors que je venais à peine de la mettre au monde, j'ai été partagée entre la colère et l'incompréhension.

Je crois que tous les parents à qui cela a été proposé et qui n'avaient jamais eu à réfléchir à la question ont été choqués au premier abord. Quelque ait été leur décision à ce moment là, je sais que tous ont eu besoin de ces photos que ce soit des jours, des semaines ou des années après, et que ceux qui ne les avaient pas l'ont regretté.

Mon mari et moi avons « senti » que nous allions les vouloir, je pense. Nous avons accepté.
On peut regretter de ne pas avoir ces photos mais jamais de les avoir prises (si on ne veut pas les voir, on peut les laisser dans un placard, mais les voir alors qu'elles n'ont pas été prises est impossible).
Aujourd'hui voir son image me fait un bien fou même si j'ai cru devenir folle en les regardant la première fois.
Folle parce que les hôpitaux qui pensent à le proposer les prennent le plus souvent au polaroïd.
Sarah a été prise sur un plateau en métal, recouverte seulement d'une couche. Oui ça fait mal !
Oui la mort est atroce à voir sur le corps entier de son enfant, mais ce qui reste au final, c'est-ce que vous trouverez de beau en lui et tout simplement ce qu'il a été.

C'est aussi le moyen de l'accompagner et de l'aimer pour ce qu'il a été , et d'être son père ou sa mère, vraiment, en regardant en face ce qu'il a traversé.

Certaines photos peuvent être magnifiques, prises au numériques dans des conditons humaines.
A l'ère du numérique, pitié jetez vos polaroïds, que les Sages femmes n'aient plus peur d'habiller le bébé ou au moins de l'envelopper dans une couverture, les parents ont besoin également de souvenir tendres.
J'ai ce manque pour toujours.


Toutes ces petites choses


Une mèche de cheveu, des empreintes de pieds et de mains, un bracelet de naissance.

Les hôpitaux devraient penser à rassembler ce genre de souvenirs pour les parents qui sont bien incapables de réfléchir à ça.
Évidemment c'est extrêmement rare qu'ils y pensent ..pourtant c'est tellement peu de choses à faire, et c'est un tel trésor.

Vous vous dites que c'est morbide ? inapproprié ? malsain ?
C'est simplement tout ce que les parents auront pour prouver au monde et même à eux-mêmes que leur enfant a bien existé.