Fécondité, Grossesse, Accouchement :
Toute l’info maternité et calendrier grossesse pour femme enceinte

B
é
b
é

B
i
o
L
e

M
a
g
F
o
r
u
m
Accueil  >  GROSSESSE  >  N'être - Deuil périnatal  >  Le deuil périnatal et l'entourage : cette colère et ce désespoir qui font peur

Le deuil périnatal et l'entourage : cette colère et ce désespoir qui font peur

Perdre un enfant : colère et désespoir

Le deuil et l'entourage : Cette colère et ce désespoir qui font peur


 

Introduction


Combien de fois après avoir moi-même vécu cette situation ai-je entendu ou lu des témoignages de parents blessés par les mots maladroits de leur entourage ou de parfaits inconnus, et combien de fois ai-je vu l'entourage de ces parents démuni face à leur douleur, ne sachant plus quoi faire pour les aider, pétrifiés par la peur de choisir les mauvais mots au point de s'écarter doucement d'eux et de leur souffrance ?

Trop pour les compter.

Trop d'amitiés, de liens familiaux ont été détruits par ces non-dits et ces maladresses.
Le but de cet article est de donner la parole aux parents et à l'entourage, pour les malentendus s'effacent peut-être enfin.

__________________________________________________________________

Après la perte d'un enfant à un stade avancé de la grossesse, l'entourage se retrouve parfois la cible des parents en colère.

Il lui est très difficile de comprendre et d'accepter que cette colère se retourne contre lui alors qu'il est persuadé de les aider du mieux possible.

La colère est une des étapes du travail de deuil, et quand aucune cause n'a été trouvée à la mort du bébé, qu'il n'y a personne que l'on pourrait tenir pour responsable et à qui l'on pourrait s'en prendre, cette colère peut se reporter sur la famille.

Les parents peuvent être en colère de se sentir incompris de voir que les autres ne peuvent accéder à leur douleur ce qui les renvoie une fois de plus à leur propre solitude pour vivre ce drame.

Mais la plus grosse part de colère vient du malaise que leur situation provoque chez les autres et de leur fuite.
La perte d'un enfant à un stade avancé de la grossesse fait peur. Une majorité de personnes (dont la plupart des parents endeuillés eux-mêmes avant que cela ne leur arrive) préfèrent ne pas penser à cette réalité.

Pourtant le bébé que tous attendaient est mort, alors que rien peut être ne le laissait présager.

L'entourage va alors réagir de différentes façons : des personnes que l'on croyaient proches vont nous décevoir, d'autres que l'on n'estimait pas forcément vont se révéler extraordinaires.
En plus de perdre un enfant, c'est un deuxième choc, un deuxième deuil à faire : celui de notre vie telle qu'elle était.