Fécondité, Grossesse, Accouchement :
Toute l’info maternité et calendrier grossesse pour femme enceinte

B
é
b
é

B
i
o
L
e

M
a
g
F
o
r
u
m
Accueil  >  GROSSESSE  >  N'être - Deuil périnatal  >  L'enfant suivant : une grossesse pas comme les autres

L'enfant suivant : une grossesse pas comme les autres

Une grossesse pas comme les autres : le deuxième trimestre

L'enfant suivant : une grossesse pas comme les autres


Par Li

Le deuxième trimestre



Les 3 premiers mois sont enfin derrière nous, les risques de fausses couches sont moindres, mais alors pourquoi je ne me sens pas plus rassurée ?
La moindre douleur entre la gorge et les genoux m'effraie.
D'autant plus que 2 grossesses si rapprochées ne peuvent se passer sans quelques inconvénients.

Le ventre qui n'avait pas eu le temps de complètement dégonfler, se regonfle maintenant à vue d'oil.
La fatigue et le mal de dos se font ressentir beaucoup plus fort.

J'ai acheté une jolie boîte dans laquelle j'y ai mis les affaires de mon ange ; ses photos, des chaussons tricotés pour lui, ses échographies, le journal de bord pendant la grossesse.
Je l'ai mis dans le haut d'une armoire, c'était ma manière à moi de tourner la page.
Il faut à présent que je m'occupe plus de mon deuxième bébé, il a besoin de moi, je le sens.
Je lui parle, de nous, de son frère qui n'est pas là mais qui veille sûrement sur lui et de tout ces gens qui attendent impatiemment sa venue.
J'ai été acheter des vêtements qui sont rien que pour lui, ce geste qui avait l'air si banal, m'avait coûté pas mal d'efforts.
Mais il fallait que je le fasse, il fallait que je pense plus à ce petit être qui grandit en moi et qui a besoin de toute mon attention.

--------------------------------------------------------------------------------

Les crises d'angoisse se font moins sentir, je caresse mon ventre en me répétant que cette fois-ci tout ira bien et que je n'ai aucune raison de m'inquiéter.
Dans une semaine, on ira faire l'écho morphologique, je stresse, mais je tiens bon, mon ange veille sur moi et son petit frère, j'en suis sûre.

--------------------------------------------------------------------------------

Ça y est ! On a réussi le cap de l'examen morphologique !
Tout va bien, c'est un joli petit garçon de 625g, il a tout ses doigts et tout ses orteils, c'est cool ! Ce qui m'a le plus frappé c'est qu'il ne ressemble pas au premier..quelque part ça m'a rassuré.
Curieusement j'ai peur de toute ressemblance entre cette grossesse-ci et la précédente, normal me direz-vous.
Ce bébé a des traits du visage bien à lui, il est même un peu comique !
On a décidé ce soir qu'il est temps qu'on s'investisse à fond dans cette grossesse, ce n'est pas juste pour lui de sentir nos peurs.
C'est notre bébé et il a droit à tout notre amour.

--------------------------------------------------------------------------------

Préparation à l'accouchement ?

Le seul cours qui nous tente ce sont les séances d'haptonomie : « science du toucher et du sentir, dans sa dimension intime et affective ».
L'haptonomie pré et post natale est plus qu'une simple méthode de préparation à l'accouchement : elle se veut une préparation à la parentalité.
Elle propose à la maman et au papa une communication, une rencontre avec leur bébé avant sa naissance.
Voilà ce qu'il nous faut ! Nouer un lien affectif avec ce bébé qu'on a l'impression de délaisser.
La première séance s'est très bien passée, on l'a bercé (je me suis transformée en berceau humain pour l'occasion), on l'a caressé, on a appris à reconnaître son corps par le toucher, et lui il nous a donné des coups comme remerciement !

Ça m'a fait du bien de faire quelque chose de nouveau par rapport à la première grossesse.
Quelque chose qui ne soit pas du « déjà-vu »..quelque chose rien que pour lui, ce deuxième bébé qui a une place si spéciale.

--------------------------------------------------------------------------------

Il est 5h30 du matin, je me réveille avec une douleur dans le bas du dos, pas moyen de se rendormir, la douleur commence à se propager sur le bas ventre, je panique un peu, mais je reste calme, mon homme part travailler, je décide de prendre un jour de congé, après tout, c'est sûrement la fatigue.

La douleur s'accentue encore un peu, là c'est carrément l'angoisse, bon il est 7h30, je devrais pouvoir téléphoner à mon gynécologue sans le réveiller !
Au téléphone, il me pose des questions auxquelles je ne comprend rien , il semble dire que cela pourrait être des contractions, mais comment ça ! des contractions ! c'est trop tôt ! je ne suis qu'à 25 semaines !

Il me dit de me présenter à la maternité en urgence pour me placer sous monitoring.
Je raccroche et j'éclatte en sanglot avant d'appeler mon homme.
Il revient me chercher et on part à la maternité avec le cour lourd.
Arrivés sur place, le personnel est aux petits soins avec nous, et tente de nous rassurer.

Finalement j'ai eu beaucoup de fièvre et c'est la température qui provoque ces contractions, alors 6 comprimés de paracétamol par jour et beaucoup de repos et tout est rentré dans l'ordre au bout de 4 jours.
Mais je crois aussi que j'ai dû vieillir de 10 ans avec tout ça !

Lire la suite du dossier

ou découvrez nos autres dossiers "GROSSESSE / N'être - Deuil périnatal"