Fécondité, Grossesse, Accouchement :
Toute l’info maternité et calendrier grossesse pour femme enceinte

B
é
b
é

B
i
o
L
e

M
a
g
F
o
r
u
m
Accueil  >  GROSSESSE  >  N'être - Deuil périnatal  >  Les témoignages de n'être

Les témoignages de n'être

Lyloe et Séverine : Lyloe est décédée à 32 semaines de grossesse.

Lyloe



Bonjour,

Je suis presque une "fan" de ce site qui m'a beaucoup apporté tout au long de ma grossesse.
Pour suivre l'évolution de mon bébé et mieux accepter les "joyeusetés" de la grossesse.
En effet dès la 2è semaine d'aménnorhée, j'ai été malade.
J'ai perdu 4.5 kilos dans les trois premiers mois et 4 kilos sur toute la grossesse.
Mais quand j'ai commencé à sentir bébé bouger en moi, quel bonheur !

En Belgique où je réside, au 4è/5è mois on fait une échographie morphologique-doppler pour voir bien en détail la formation et la taille de bébé. On controle aussi que tous les flux sanguins à l'intérieur de bébé et entre lui et la mère se passent bien.

A cette échographie les médecins ont constaté un bloc auriculo-ventriculaire sur le cœur de ma petite.(bloc auriculo-ventriculaire : dysfonctionnement des flux électriques dans le cœur. Les oreillettes du cœur battent au rythme normal de 150 battements/minutes, mais les ventricules battent une fois sur deux.)

J'ai donc été très suivie. J'allais à l'hôpital toutes les semaines pour y effectuer des electro cardiogrammes sur bébé, et contrôler qu'elle grandissait bien dans le bon sens ...
Malheureusement, si elle était très bien formée (y compris le cœur), le fonctionement de celui-ci ne s'améliorait pas. Il restait plutôt stable.

Elle était vive dans mon ventre et savait faire comprendre quand elle en avait assez d'être observée par des coups de poing et de pied.

Et puis, au cours d'une visite de routine, on s'estapperçue que le cœur ne battait plus.
Nous étions pile poil à la 32 è semaine... Alors il a fallut provoquer l'accouchement ...
Comme la grossesse était très avancée nous étions dans l'obligation de la déclarer et de procéder à des obsèques. Il a fallut que nous choisissions un cercueil pour notre bébé alors que je me préparais plutôt à choisir sa chambre...

Nous avons procédé à un accouchement par voies naturelles avec une péridurale.
Mon mari, qui n'était pas très chaud pour la péridurale a insisté pour le faire, en disant qu'il ne voulait pas que je souffre alors qu'il n'y avait plus rien au bout.
Mais en fait, au bout il y avait quand même quelque chose ...

Nous avons pu voir notre petite fille à qui nous avons donné le prénom de Lyloe (prononcer Lilou, c'est une orthographe mi francophone, mi flammande!).
Je l'ai tenue dans mes bras. Elle faisait 2.100kg et mesurait 42 cm.

Elle avait plein de cheveux noirs et me ressemblait si fort à la naissance!!!! Nous avons vu des photos de moi bébé peu après, et c'est presque copie conforme.
D'elle il ne nous reste que deux photos prises à la "naissance", une empreinte de ses pieds et une mèche de cheveux... Et aussi une plaque sur la porte de sa "case" au colombarium du cimetière de Laeken, commune de Bruxelles où nous résidons.

Mais elle est toujours dans mon cœur et c'est devant sa tombe, que, main dans la main, mon mari et moi avons décidé de remettre l'ouvrage sur le métier... Et d'arrêter la pilule que j'avais reprise.
Cela fait bientôt 3 mois qu'elle nous a quittés avant de nous connaître, mais nous savons que nous ne l'oublierons jamais, même si nous avons des tas d'autres enfants.

Ce que je voudrais dire à toutes celles qui me lisent, qu'elles aient ou non traversé ce chemin de croix, c'est qu'il ne faut jamais perdre espoir.
Et que la phrase "c'est peut-être mieux comme ça" n'est pas une phrase avec laquelle on peut être en accord dans ce genre de situation.

Que ce soit sous forme d'une fausse couche ou, comme dans mon cas, d'une mort in-utéro, on perd quand même un bébé, désiré, aimé déjà, attendu.

Hier soir, j'ai donc arrêté la pilule, et dans le demi sommeil du début de nuit, j'ai eu comme la sensation de recevoir l'assentiment de Lyloe.

Ce soir, je me sens sereine et prête à recommencer le parcours, et cette fois, de le terminer dans une autre chambre que celle que j'ai connu à l'hôpital St Luc.

@ bientôt!
Séverine.

Lire la suite du dossier

ou découvrez nos autres dossiers "GROSSESSE / N'être - Deuil périnatal"